Marathon de Paris 2017


Après une première participation mode « mission suicide » en 2016, j’ai de nouveau franchi la ligne d’arrivée du Marathon de Paris le dimanche 9 Avril. Il aura fait chaud, très chaud même, il y aura eu du rire, des larmes et du chocolat. Retour sur ces 42,195km dans la capitale.

Cette fois j’étais au courant

Contrairement à l’année dernière où j’avais eu mon dossard la veille pour le lendemain, là je l’avais depuis Septembre. Bon c’est pas pour ça que je me suis préparé hun… J’y vais quand même sans trop d’inquiétudes ayant maintenant un passif de runner un peu plus conséquent. Mais ça, c’est sans compter les 3 jours passés sur le Salon du Running que je viens d’enquiller en tant qu’exposant. Bref 3 jours debout et encore moins de sommeil que d’habitude… C’est tellement plus fun de se mettre des handicaps avant le départ 😛

Mais ce salon aura été l’occasion de rencontrer beaucoup de monde, dont peut-être toi qui est entrain de me lire. J’avais déjà prévu de courir avec Camille, plus connue sous le nom de Cam Dewoods, mais au final, c’est un big rendez-vous qui se cale à 8h30 avant l’entrée dans le sas. Vous connaissez déjà Audrey, qui m’a accompagné sur La Saintélyon et le Raid ESSEC EY, elle s’est chopé un dossard la veille et est donc aussi de la partie.

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

En arrivant on retrouve entre autres : Djodei, les Lapins Runners, Charles-Henri de Coursmetrage, Yoann Lapin Gainé, Sonia de la Triplex Team, des Caens Runners, des Adidas Runners, Jérémy du squad… Bref, pas mal de monde et encore, il en manque. On aurait dû préciser un chouille mieux le point de rdv, c’était devant une banque et il y avait 2 entrées, je sais que certains nous ont loupé.

Le four est chaud

Une fois toute la petite troupe rassemblée et l’ambiance déjà bien à la déconne, on parvient à rentrer dans le sas après pas mal d’attente. Oui c’est encore bien le bordel pour y accéder. Merde, j’ai déjà la dalle, le mini p’tit déj pris à 5h du mat est déjà bien loin… ça commence bien… Objectif 4h, perso je ne m’y accroche pas plus que ça, surtout vu la forme du jour, les autres non plus, sauf Camille qui veut récupérer la monnaie de sa prépa.

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

Petit moment de fraternité autour de l’urinoir et on progresse vers la ligne de départ. Voilà qu’on a déjà perdu nos amis aux grandes oreilles. On attend un peu tout en entendant le speaker nous dire qu’il serait temps de passer sous l’arche. A un moment faut bien y aller quand-même, tant pis pour les bouffeurs de carottes, on décolle…

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

La ligne verte

Le départ est juste dingue, un vrai moment de fête. Franchement débuter ce marathon comme ça, entre potes, attaquer la descente des champs avec cette petite bande, c’était juste mythique !

Yoann s’est équipé d’une enceinte bluetooth et balance du son. Entre Disney et comédies musicales, tout le monde trouve à chanter, et quand je dis tout le monde je ne parle pas que de nous. L’ambiance est excellente et les premiers kilomètres à suivre la ligne verte passent très vite. Oui, cette année ils ont fait un petit changement de peinture.

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

Il fait déjà très chaud et nous cherchons les portions ombragées. Sur les côtés les premiers orchestres se font entendre.

L’entrée dans le Bois de Vincennes est super animée, c’est top. Petite pause bisous à un arrêt de bus et un mec me fonce dessus en s’écriant être super heureux de m’avoir trouvé. C’est Alexandre, qui, après avoir vu la vidéo de 2016 s’est lancé dans l’aventure. Nous ferons quelques bornes ensemble.

Il est temps de sortir le chocolat, celui que vous m’avez apporté sur le salon. J’ouvre le sac en criant « Qui veut du chocolat ? ». J’obtiens quelques réponses et commence à distribuer les carrés. Le lapin gainé n’en prend pas en se justifiant : « ça me donne des gaz ». Comme ça vous êtes au courant 😛

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

Voilà le ravito du 16ème. Pause pipi pour les filles mais aussi pour Djo. Pendant ce temps je récupère des bouteilles d’eau pour tout le monde. J’attends sur le côté, Charles-Henri et Yoann préfèrent repartir rapidement. Les nanas arrivent, Djo non… impossible de se retrouver… bref le groupe commence à se disloquer. Je reçois un message de Camille qui me dit être au 18ème, insolation, vomi et tout le tralala. Arrivés à son niveau on la raccroche pour qu’elle redémarre avec nous.

Perte de vitesse

On progresse à 4, c’est dur pour Audrey qui s’éloigne petit à petit de la formation. Plus que 3, on continue d’avancer. On arrive sur les tunnels et ça grimpe pour ressortir. Camille prend l’option marche et je reste à ses côtés, Sonia ne nous voit pas ralentir, elle s’envole. Plus que 2…

Arrivés au 29ème et après déjà quelques larmes, oui oui on a eu une séquence émotions, la petite parisienne me dit de la laisser là. Je lui fais promettre de finir quand même et relance gentiment.

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

Le mur est en vue, celui de Steve Kondo qui anime cette année encore ce passage au kilomètre 30. Je lui demande si Sonia a beaucoup d’avance, « 2 minutes » qu’il me dit, c’est jouable, je peux la récupérer. Je repars mais ça ne dure pas bien longtemps, je suis déjà bien desséché et pris d’un gros mal de bide. Impossible de garder le rythme. Je commence à alterner course avec quelques secondes de marche. Les jambes ça va, la tête ça va mais le ventre rien à faire. 

En solo c’est beaucoup moins l’éclate mais ce n’est pas le moment de s’arrêter, il reste encore un peu de bitume à avaler. J’entre dans le Bois de Boulogne, les arbres font de l’ombre, c’est agréable pour une balade du dimanche… sauf que là c’est marathon et dans mon état, c’est moins fun.

Dans le dur

Je garde tant bien que mal mon petit rythme (vraiment petit) de 7min/km toujours alternant marche et course mais plus ça va, plus c’est difficile. J’en vois beaucoup qui sont à l’arrêt sur le côté. Il y a un groupe de 3 filles dont une n’a vraiment pas l’air au top, je leur laisse ce qui me reste d’eau dans une bouteille avant de continuer. 

Au 37ème les jambes commencent juste à tirer, 2km plus loin je sens que je suis out. Plusieurs fois j’ai l’impression de tomber dans les vapes mais merde, je continue.

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

Enfin j’atteins la ligne marquant les derniers 1,195m à parcourir. Je passe le rond-point de la Porte Dauphine et, en haut de l’avenue Foch, je trouve Brita, leader des Adidas Runners Les Abbesses. Je passe un bras autour de ses épaules le temps d’échanger quelques mots, je me rends compte que j’ai du mal à tenir debout tout seul en fait… ça craint… un bisous et c’est parti pour la dernière ligne droite.

Je descends plein pot vers la ligne d’arrivée et, sur la fin, lors des derniers mètres, bordel que c’est dur… mais voilà c’est réglé, le boulot est fait ! 

Retour au calme

Je fais un câlin à la première barrière qui passe avant d’en trouver une autre à l’ombre puis de squatter le marche pied d’une pelleteuse quelques minutes. La fin de ce marathon est beaucoup mieux passée que celle de l’année précédente et pourtant je suis plus mal en point. Je paye bien le manque de sommeil, les 3 jours de salon et le fait de ne pas avoir assez mangé avant le départ.

Récupération du t-shirt, de la médaille et je tombe sur Sonia. Elle aura passé la ligne en 4h35, super propre pour ce premier essai. Audrey m’appelle, elle vient d’arriver aussi, 5h pour elle. Ha oui, pour moi c’était 4h52. Camille me donne aussi des news, 4h54. Le p’tit machin à réussi à bien repartir en fait et on aurait presque pu finir ensemble. J’ai Djo au téléphone, 4h45 pour lui, il était devant au final. Petit à petit j’obtiens des infos de tout le monde, nous sommes tous finishers à quelques minutes d’écart.  

marathon paris 2017 running c'est bien d'être bien cbdb

Il m’aura fallu un peu de temps pour me remettre dans un état potable avant d’aller choper un train mais vraiment je garde un excellent souvenir de cette journée. La chaleur aura fait très mal mais cette ambiance de fête c’était juste magique. Je suis juste un peu déçu d’avoir fini en solo, à plusieurs ça aurait été tellement plus fun. 

Dernière ligne droite avant le .

On s’est déjà donné rendez-vous pour l’année prochaine et si il y a moyen de se refaire un départ comme celui-ci moi je dis « oui » !! Allez, parce que j’ai envie de râler un peu quand même, ça serait cool que sur les ravitos ils mettent un peu de salé, de barres de céréales… et de chocolat 😉

Tout au long des ces 42,195km j’ai croisé pas mal de monde et ça fait plaisir. Certains que je connaissais déjà, d’autres qui me reconnaissent suite à ma vidéo de l’an dernier. Et surtout, avant de mettre le point final, je voudrais remercier Raph pour le dossard. Bon, lui on ne le voit pas dans la vidéo parce qu’il cavale un peu trop vite mais pour les curieux jetez un œil à la Spartan Race Paris 2016.

Pour le moment, prochain marathon de prévu, celui de La Rochelle en Novembre, il devrait faire moins chaud 🙂

Le Marathon de Paris en vidéo 

A propos de l'auteur :

Webmaster, testeur, youtubeur.... En gros il est souvent derrière le PC sauf quand il a l'arc à la main ou les baskets aux pieds. Le bestiau fait 1m82 pour 78kg et chausse du 48... oui oui ça fait grand.

7 Commentaires

  1. Philippe Costinha

    Bonjour
    Ma femme est la chanteuse de hakuna matata. Peux tu me l’envoyer entièrement ? Elle a chanté toute la chanson avec lapin gainé.

    Répondre
  2. Alexandre "Osez Courir "

    Chapeaux à vous tous 😉

    La Chaleur à l’air de vous avoir bien tapé sur la tête mais, félicitation à vous d’être allé jusqu’au bout 😉 l’effet de groupe à du bien aider , et vous donnez la force de courir malgré cette chaleur qui a vraiment rendu le marathon difficile cette année !

    Répondre
  3. Ourvouai

    Superbe article, comme si on y était…!!! 😆
    Félicitations à tous et cool l’ambiance de votre départ du Marathon.
    Ravi de voir que le Marathon de La Rochelle est au programme..👍😎

    Répondre

On en cause ??