La Saintélyon 2016


La Saintélyon, 72 kilomètres pour rallier Saint-Etienne à Lyon, un beau défi pour finir l’année non ? Eh bien j’étais parmi les 7000 coureurs à prendre le départ de la 63ème édition de cette course mythique.

Un peu à l’arrache

J’avais déjà bien en tête l’idée d’y participer cette année mais ce n’est au final qu’une semaine avant le jour J que je prends mon dossard grâce à Accessoires Running

Suis-je prêt pour une telle distance ? Le seul moyen de le savoir c’est d’y aller ! Vous commencez à me connaitre et j’aime bien les défis à la con sans m’y être vraiment préparé. Rappelez vous le Marathon de Paris… Bon dans le doute j’avais quand même augmenté un peu mon volume d’entrainement et passé la dernière semaine à ne faire que manger et dormir… surtout manger en fait.

Je ne suis pas seul à m’embarquer dans cette aventure et Audrey rencontré quelques semaines auparavant lors d’une sortie running du samedi matin organisée par une boutique voisine se joint à moi. Et elle, est-elle prête ? Euh bah au moins autant que moi… Oui, ça promet !

Rapidement et grâce à la page Facebook je trouve un covoiturage pour le trajet aller. Il s’agit de François qui n’habite pas loin et pour qui ce sera aussi une première. Sa femme, Céline est aussi du voyage et descend pour l’encourager durant la course. On a vraiment passé un super moment avec eux.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

On commence par l’arrivée

C’est donc le samedi en fin d’après midi que nous arrivons à Lyon et pénétrons la Halle Tony Garnier pour la première fois du week end.

Là, on découvre l’arche d’arrivée et on sait que pour la revoir il faudra d’abord en chier. On traverse rapidement le salon direction le retrait des dossards. Pas d’attente, on récupère une enveloppe avec le nécessaire et juste après, quelques cadeaux.

D’abord une petite pochette poubelle à ajouter à son sac ou à sa ceinture. C’est simple mais bien foutu, dommage que ça n’empêche pas de nombreux coureurs de préférer tout jeter au sol… j’en reparle plus tard… Ensuite, une paire de chaussettes BV Sport aux couleurs de l’événement, taille max 43/45… euh, et moi je fais comment ? Sympa d’avoir pensé aux grands pieds… surtout que la marque vend les mêmes chaussettes dans une taille supérieure sur son stand mais ne fait pas d’échange car pas le même packaging.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

On ne peut pas s’attarder de trop sur les stands… Les différents organisateurs de courses présents mettent toujours de bonnes choses à grignoter alors faut bien regarder quand même… Certaines m’auront d’ailleurs donné bien envie.

Petite photo mode touristes devant l’arche et on reprend la route direction Saint-Etienne. C’est fou comme par la route les kilomètres paraissent faciles… 45 minutes plus tard nos nouveaux amis nous déposent chez Sébastien du site obstacle.fr qui nous accueille pour l’avant course. Nous nous rencontrons pour la première fois et faisons aussi la connaissance de Arnaud. L’équipe est au complet.

L’heure de prendre la vague

Un bon plat de pâtes et une sieste sans dormir plus tard… euh oui, du coup c’est pas vraiment une sieste… Séb est à la recherche de sa frontale… toujours portée disparue à ce jour. 

Bref, on se pointe au Parc des expositions un peu à labour, genre à 23h35 et il nous faut déposer nos sacs. Heureusement le départ se fait par vague et alors que nous entendons les premiers partir nous rejoignons les coureurs en attente.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

Au final nous serons parmi les derniers à partir à minuit 15, nous sommes déjà demain et avons eu le temps de nous refroidir un peu. Bonne ambiance au départ, le speaker donne le ton, les jeux de lumière sont sympas, fin du décompte, c’est parti !  

Avec le sourire !

Et voilà, nous sommes lancés pour 72 kilomètres de balade, ça va être long, on le sait. 15 heures max pour arriver au bout, on prévoit d’en mettre 12 mais tout ce qu’on veut c’est finir, le chrono n’a pas d’importance.

Après quelques mètres on aperçoit une dernière fois Céline qui attendait de nous voir passer.

Les 7 premiers kilomètres se font en ville, c’est plutôt roulant, il y a de l’éclairage, on peut économiser nos frontales. Parfait pour se chauffer gentiment. Ensuite nous attaquons les chemins. Un peu de brouillard pour commencer et en sortant des bois il fait vite très froid. Le sol glisse, Seb en fait les frais mais pas de casse. Un peu de grimpette et on peut apprécier le défilé de loupiotes derrière nous. Ce serpent de lumière est magnifique et encore le départ étant par vague il y a sûrement moins de monde que d’habitude.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

Plus de brouillard, le ciel est clair, les étoiles sont là, on est vraiment bien. Après un peu plus de 2 heures nous atteignons Saint-Christo-en-Jarrez et le premier ravitaillement. Il y a vraiment de quoi faire que ce soit en solide ou en liquide. Je me fait un mix saucisson et chocolat, le meilleur de ma vie, le premier aussi en fait. Le redémarrage par contre fait très mal, il fait vraiment froid.

On bouffe des bornes… 

Un ravito sauvage est installé sur le bord d’un chemin, les gars servent du vin chaud à qui veut. C’est vraiment sympa, beaucoup de supporters sont présents le long des routes et chemins. Certains passent la nuit sur place à faire la fête, l’ambiance est géniale.

Les gars ralentissent, on les recroisera au second ravito et visiblement Arnaud est pris de quelques soucis d’ordre gastrique. Même chose pour Audrey d’ailleurs. C’est là que les chemins de nos binômes se séparent. 

A nouveau ce court arrêt nous aura bien refroidi et il faudra quelques kilomètres pour se remettre à température.

Nous évoluons en forêt et c’est super agréable. J’apprécie vraiment cette balade nocturne et commence à me dire que je vais regretter que le soleil se lève tout à l’heure.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

A mi parcours nous abordons la plus grosse difficulté au programme, une bonne côte. Elle ne me pose pas trop de problème mais je me dis que si la tente médicale est posée en plein milieu c’est qu’elle doit faire mal quand même.

Ensuite c’est une longue descente archi boueuse qui nous attend. A travers les arbres on devine les premières lueurs du jour. 6h55 de course, nous atteignons Saint-Genou-Le Camp et donc le 3ème ravitaillement. Ici il n’y a que du liquide, on ne s’attarde pas et on se remet en chemin.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

Le soleil se lève tranquillement sur le paysage gelé, c’est juste magnifique. Je suis étonné de ne pas encore être complètement HS, je suis même plutôt frais et n’ai pas trop de mal à enchaîner les kilomètres. Bon, arrivé au ravito suivant et donc à 52km du départ ça commence à tirer un peu quand même.

…et du saucisson

Il est environ 9h20, nous sommes à Soucieu-en-Jarrest, cette fois nous avons le droit à un gymnase chauffé pour grignoter. Il y a toujours ces bons petits cookies que j’apprécie depuis Saint-Christo et puis il y a du saucisson avec du pain. J’alterne une bouchée de chaque, oui c’est du grand n’importe quoi…

C’est reparti. Il faut croire que ce mélange gustatif m’a remis à neuf. Je laisse filer Audrey le temps de passer aux toilettes et me surprend à cavaler à 4min/km pour la rejoindre. Je suis en forme et commence à faire nawak.

On ne croise plus grand monde, on se demande même si nous sommes toujours entrain de faire La Saintélyon ou notre footing du dimanche.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

Chaponost est en vue. On se renvoie un peu de sciflar avant de se lancer sur les 10 derniers kilomètres. Encore quelques côtes nous attendent dont celle le long de l’Aqueduc.

On atteint Lyon avec un petit groupe de coureurs. Bonne ambiance. Certains dérouillent plus que d’autres mais on discute pour oublier tout ça.

Tient, des escaliers, et si je me faisais une petite séance ? Je passe pour un fou à les remonter mais j’ai les jambes.

Il est midi passé mais il y a encore du monde pour nous encourager sur les derniers mètres qui nous séparent de l’arrivée. Nous entrons dans la Halle Tony Garnier, l’arche est en vue sous les applaudissements.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

Voilà, nous sommes Finishers après avoir gambader pendant 12h32 ! Le temps de faire la bise au speaker puisqu’il l’avait demandé avant même le départ et nous gagnons le ravito final… et là… bah je préfères ouvrir un nouveau paragraphe.

L’après course

Durant ces 12h32 d’effort nous ne risquions pas de mourir de faim tant il y avait à becter sur les ravitos mais après l’arrivée il ne reste plus que quelques morceaux de bananes… Bon bah pas grave on nous dit qu’un repas nous attend.

On récupère nos t-shirts, oui quand même, faut pas croire qu’on a couru 72km pour rien. Coup de chance en taille L il en reste 2… Après les chaussettes trop petites, je sais que certains n’auront pas eu cet ultime souvenir à leur taille. En tous cas je le trouve vraiment sympa.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

Il est l’heure de manger alors direction l’espace restauration. Là c’est un peu la grosse déception. Nous avons droit à 2 morceaux de pain et 2 parts de camembert, il y avait peut être du rab, et en plat principal des pâtes instantanées agrémentées de soja et de salade pour les amateurs. Mouais c’est pas avec ça qu’on va se sentir rassasiés. Plus d’eau gazeuse en stock, manquerait il d’autres choses ? Après la profusion de bouffe durant la course, c’est le régime.

Passage aux consignes pour récupérer nos sacs. Un peu étrange qu’on se serve comme l’on veut. N’importe qui pourrait se barrer avec n’importe quel sac.

Direction les douches, ça va faire du bien. Je reviens dans quelques lignes sur les vestiaires, encore une histoire de poubelles…

Ne nous reste plus qu’à attendre notre covoiturage pour le retour. Là je me fait la réflexion qu’en fait l’espace récupération est déjà plié. Fallait courir plus vite quoi…

Coup de gueule !

Avant de vous donner mon avis sur cette course et de conclure cet article j’ai envie de râler. Comme dit plus haut je reviens sur les emballages de gels, barres et autres jetés au sol. Il y en avait quand même pas mal.

Bordel les gens, vous avez des poches non ? On vous a même filé une pochette exprès pour. Tout ça pour quoi ? Gagner même pas 2 secondes ? Sachant que la plupart ne jouent même pas un podium, ce qui d’ailleurs ne justifierais en rien cette connerie. 

Pour la plupart nous nous alignons sur le départ pour le plaisir. Celui de finir mais aussi celui de profiter du parcours et de son paysage. Paysage en partie gâché par toutes les merdes que vous y jetez ! Vous êtes capables de vous servir de vos 2 mains pour ouvrir les emballages, ça ne devrait pas vous poser problème de les mettre dans vos poches ! 

Et je n’ai pas fini, je reviens maintenant sur les vestiaires. C’est dommage j’ai oublié d’en faire une photo. J’ai demandé à Audrey et chez les nanas c’était pareil. Vous trouvez ça normal de vider vos sacs par terre ? On se changeait dans une vraie décharge !

J’étais installé entre des chaussures abandonnées, des pelures de clémentine et des emballages divers et variés. Je suis même reparti avec une couverture de survie fermement collée sous la semelle par une boule de sparadrap.

Bref, ouvrez votre dico à la page du mot « Respect » et grandissez un peu ! Déjà ça pourri le plaisir des participants mais aussi celui des bénévoles qui eux aussi sont bien rincés après une telle orga. 

Bien sûr ce message ne s’adresse qu’à une petite partie des 17000 partants sur les différentes distances. Si tout le monde faisait pareil on ne verrait plus où on met les pieds.

Sinon bah j’ai kiffé

Fallait que ça sorte et maintenant je peux passer à la suite. Pour cette première expérience sur longue distance j’ai vraiment adoré. 12h32 d’évasion, de liberté.

Mis à part les quelques remarques que j’ai pu faire dans ces lignes l’orga était vraiment impeccable. Le balisage par exemple était juste au top, impossible de se perdre. Les bénévoles étaient bien présents et engagés, un grand merci à eux.

saintelyon 2016 72km solo c'est bien d'être bien cbdb

Un beau parcours, de belles rencontres, de bonnes conditions météo malgré le froid, vraiment un excellent moment. En plus je ne m’attendais pas à finir en si bon état. Il y a bien eu des passages que j’ai pu trouver un peu longuets mais jamais je n’ai eu de doutes ou de moments de ras le bol. J’ai hâte de remettre ça.

je n’ai pas forcement trop détaillé notre aventure dans cet article et je vous invite à regarder la vidéo qui suit. Ce sera beaucoup mieux pour se rendre compte de ce qu’est cette Saintélyon.

Avant de se quitter je voudrais adresser mes derniers remerciements à vous qui nous avez suivi sur Facebook durant ces quelques heures tout en envoyant vos encouragements et félicitations, ça fait vraiment plaisir.

A revivre en vidéo

Soutenez le blog sur Tipeee

A propos de l'auteur :

Webmaster, testeur, youtubeur.... En gros il est souvent derrière le PC sauf quand il a l'arc à la main ou les baskets aux pieds. Le bestiau fait 1m82 pour 78kg et chausse du 48... oui oui ça fait grand.

12 Commentaires

  1. Florent

    Finisher également de cette année, je suis tout à fait d’accord sur chaque mot que tu as écris.
    La longue descente pleine de boue devait encore être bien plus remuée que quand je suis passé avant toi, des gens ralés que l’on doivent faire un petit détour à gauche et donc perdre du temps car ça bouchonnais un petit peu, j’avais envie de dire, inscrivez-vous à un marathon classique quoi…
    Ce doivent être ces mêmes gens qui n’ont pas garder leurs déchets sur eux, déjà à partir du 20ème km vers 2h30 du matin, ça commençait à faire partir malheureusement du sol, 5-6 par ci par là donc ça ne m’étonnes pas qu’il y en avait encore plus à ton passage…

    En tout cas, c’était une première pour moi et j’ai kiffé comme toi, j’ai également eu de la pêche qui est revenu à partir du 5ème ravito (52ème km) où j’ai pu enchaîner 8km à bonne allure, je ne sais pas comment c’était possible, si tu trouves une explication, je suis preneur :p

    Super vidéo, encore bravo et félicitations d’avoir terminé et bon repos pour cette fin d’année 😉

    Répondre
  2. Laurent

    Franchement j’adore ton coup de gueule !!! il y a malheureusement quelques personnes qui n’ont aucun respect et ca gache le plaisir des autres !!! puisse ton message être entendu, compris et appliqué par un maximum de personne …

    Répondre
    1. Julien Auteur de l’article

      Nous verrons bien si le message passe, je ferais certainement une vidéo sur le sujet mais je suppose que ces gens là n’assument pas de toute manière donc ils ne viendront pas s’excuser. Enfin si déjà ça les fait réfléchir ce sera bien.

      Répondre
  3. daniel

    merci pour ce beau récit , qui résume parfaitement notre saintélyon , car j’y étais aussi , je le termine en 12h58 , pas tres loin derriére toi ….. tes coups de gueules sont justifiés , je suis entiérement d’accord avec toi , surtout pour les gels et la douche …..il y a vraiment des personnes qui ne connaissent le mot RESPECT ..
    tres belle vidéo également , Félicitations

    Répondre
  4. Cédric 91

    Après avoir lu la vidéo sur Runningclub je passe sur ton blog .
    Je partage entièrement ton coup de gueule sur les abrutis qui balancent leurs gels partout du grand n’importe quoi mais bon c’est classique sur de nombreuses courses ..
    Bref bref bref un peu déçu par le dernier ravitaillement mais quand même super orga et bénévoles au top faut le dire ….
    D’habitude je passe pas trop sur ton blog parce que comme je t’ai déjà dit le mud day ou autres c’est pas ma came …
    En tout cas les chaussettes sont bien sympa je trouve peut-être l’occasion d’un concours pour toi .
    Aller on se croisera peut-être sur une course ciao julien 😉
    Cédric 91 😉

    Répondre
    1. Julien Auteur de l’article

      Les chaussettes je vais les essayer, parait qu’elles sont assez extensibles. En pointure brute je fais du 46 d’après la podologue et c’est vrai que pour les chaussettes ça passe. J’ai le même modèle dans la pointure au dessus qui me va, à voir quoi.
      Eh oui je ne fais pas que me rouler dans la boue 😉 On aura sûrement l’occasion de se croiser. En général je met les événements auxquels je participe sur le calendrier présent sur le blog et sur la page Facebook.

      Répondre

Laisser un commentaire