Test casque Bluetooth AfterShokz Trekz Titanium

Écouter de la musique sans ses oreilles, en voilà une drôle d’idée et c’est un peu ce que propose la marque AfterShokz. Elle distribue des casques audio à conduction osseuse dont j’ai pu tester le modèle haut de gamme, le Trekz Titanium. Alors, nouveau gadget ou truc vraiment intéressant ? Avec une médaille d’or au Concours Lépine ça doit pas être mauvais. Allez hop on en cause !

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

La conduction osseuse

Commençons par quelques mots sur la technologie de ce casque que l’on appelle aussi « ostéophonie ». Contrairement aux modèles que l’on connait, ici rien dans les oreilles. Au lieu d’être envoyé sur les tympans et donc par voie aérienne, le son est transmis par de mini-vibrations. Celles-ci sont émises sur les os des tempes et arrivent alors directement à la cochlée, l’oreille interne quoi.

L’intérêt du truc est d’avoir les oreilles dégagées et donc de rester conscient de ce qui se passe autour. Ça permet de courir en ville tout en entendant les voitures arriver, d’écouter les zozios chanter sur un chemin forestier ou encore de discuter avec ses potes tout en ayant sa musique. Pis du coup ça préserve les tympans comme on les laisse tranquilles.

Au final rien de très nouveau car c’est déjà utilisé par les pompiers, certaines forces armées, dans le monde médical… juste que de notre côté nous n’en avions pas trop connaissance. 

AfterShokz Trekz Titanium

Découvrons maintenant cet engin qui nous est livré dans un coffret qui présente bien. On y trouve quelques infos sur ce Trekz Titanium comme parce exemple que c’est un modèle Bluetooth et qu’il est IP55 soit résistant à l’humidité, la transpiration, la poussière… Bref y’a moyen de faire du sport avec, tant mieux je comptais pas m’en servir pour beurrer les tartines. Petit mot au passage sur l’autonomie annoncée de 6h en utilisation.

C’est parti ! On ouvre le bordel et on a donc tout d’abord le casque puis quelques accessoires : housse de transport, câble de recharge, 2 espèce de trucs en silicones, 1 paire de bouchons d’oreilles et 1 poil de paperasse genre mode d’emploi express.

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

Niveau forme on est sur un modèle tour de cou dont l’arceau est en titane. C’est super flexible, il est possible de le tordre dans tous les sens sans que ça bronche. Aussi, c’est léger, seulement 36g. Sa surface est dans une gomme un poil tendre, antidérapante, plutôt agréable au toucher.

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

De chaque côté se trouve un bloc avec à droite les boutons de volume et le port de recharge. C’est du micro-USB donc on reste sur quelque chose de standard et c’est tant mieux. Un voyant est aussi présent. Dans ces blocs on a également la batterie et le récepteur Bluetooth.

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

Tout au bout ce sont les « transducteurs », en gros les machins qui enverront le son. Sur celui de gauche se trouve le bouton qui permet de lire ou de mettre en pause la musique et de répondre aux appels. Sur l’autre on remarque les 2 micros.

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

La construction fait bonne impression et la structure titane rassure quant à la solidité du produit.

Vibrations

C’est parti, je fais un appui long sur le bouton multifonction et… ha bah non… c’est pas là qu’on l’allume. Pour ça il faut en fait maintenir le bouton « volume + »… c’est pas comme si c’était indiqué dessus hun… Bref après ce petit loupage, le machin se met en mode synchronisation et le voyant clignote. Rien de bien compliqué, on met le tel en Bluetooth, on recherche, on appaire et walou. Pour retourner dans ce mode il suffira de garder enfoncé ce même bouton suffisamment longtemps casque éteint.

Hop, je me le pose sur les tempes et garde en effet les oreilles libres. L’arceau se place vers le bas, la bonne position se trouve facilement et si les boutons de volume tombent bien sous les doigts c’est que c’est bon. Il est léger mais on sent un peu sa présence, surtout au niveau du cou où il peut venir frotter un peu. C’est pas hyper gênant et ça dépendra de la morphologie mais y’a un petit mieux à faire là dessus. Du coup si je lève la tête ça pousse légèrement dessus.

J’envoie le son et, pas de souci, j’ai ma musique. Je me parle à moi même et tape sur des trucs histoire de voir si en effet j’entends ce qui se passe autour et la réponse est oui !

J’enlève le casque et malgré la technologie LeakSLayer+ machin chose qui fait qu’on ne devrait pas entendre pas la musique en étant à côté bah j’entends un poil quand même, ça fait comme de minis enceintes. On m’a vendu un truc à conduction osseuse alors il est temps de vérifier ça. Je met en place une paire de boules quies et c’est reparti. Là c’est ouf ! J’ai les oreilles bien bouchées mais j’ai du son ! La qualité était déjà sympa avant mais c’est encore mieux !

D’ailleurs si on pousse le son à fond, les vibrations se font un peu sentir et c’est un chouille désagréable, enfin en même temps j’irais jamais mettre si fort. 

Les boutons

Petit passage en revue rapide des commandes de ce Trekz Titanium. Donc, comme déjà dit, le bouton « volume + » permet de l’allumer, de l’éteindre et bien sûr de mettre plus fort, le « volume – » tu as compris hun… Un appui long sur les 2 en même temps changera l’équaliseur. 2 modes sont disponibles dont 1 avec moins de basses.

Le bouton multifonction sert à faire play/pause en 1 appui ou à passer à la piste suivante quand on en fait 2. En cas d’appel il permet de décrocher/raccrocher, de mettre en attente…

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

Dans tout ça je trouve qu’il manque un truc, c’est pas grand chose et c’est pas la 1ère fois que je le remarque sur un appareil du genre, pas de possibilité de retourner à la piste précédente. Ce serait pourtant pratique et pas compliqué à mettre en place…

Pour certaines actions comme l’allumage, une bonne femme cause en anglais pour dire bonjour par exemple. C’est mignon mais un bip aurait pu suffire.

En pleine action

C’est bien pour aller verser des litres de sueur que ce casque m’intéressait alors hop enfilage de pompes et go !

Pendant la course il reste bien à sa place mais pour un peu plus de stabilité et de confort j’ai préféré lui ajouter les FitBand, les machins en silicones dont je parlais au début. Avec ça c’est calé au poil.

Le son est toujours bien bon, enfin pour moi en tous cas c’est top pour une utilisation sportive ou au quotidien mais les puristes trouveront qu’il manque si ou ça.

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

Surtout j’entends parfaitement les bagnoles, les gens, les zozios qui font cuicui… Niveau sécurité c’est quand même vachement bien et le matin à la fraîche c’est cool de mixer nature et musique.

Le téléphone sonne, je décroche, on cause sans problème. La personne que j’ai au bout des ondes m’entend nickel et moi pareil. Bon faut pas le dire mais je m’en suis aussi servi de kit main libre en voiture… bouh le hors la loi !! Fallait bien tester hun mais donc à ne pas reproduire chez vous parce que les messieurs tout bleu vous piqueront sûrement des sous.

Dernier point important, la qualité de la connexion Bluetooth. Bah c’est du bon ! Je n’ai jamais eu de décrochage et j’ai pu pas mal m’écarter du téléphone sans que ça coupe.

Range tes tympans 

Ce casque Aftershokz Trekz Titanium est une bonne surprise et s’avère vraiment pratique à utiliser. Moi qui aime courir en musique je trouve que le principe est génial. Pas coupé du monde, pas coupé des potes, pour la sécurité et la convivialité c’est extra. Nickel aussi pour bosser en gardant les mains libres et en pouvant écouter les collègues.

Il y a moyen de le rendre encore un peu plus confort et sûrement minimaliste puis ce serait cool de pouvoir revenir à la piste précédente mais sinon je n’ai pas grand chose à redire. 

test aftershokz trekz titanium casque bluetooth running c'est bien d'être bien

À noter qu’une version « mini » existe maintenant avec un arceau plus court pour les gens qui ont une petite tête, c’était visiblement pas mal demandé par les femmes. J’ai pu l’essayer aussi et c’est un poil juste pour moi. Me faudrait un intermédiaire entre les 2 je pense pour ne plus rien sentir du tout sur le cou.

On passe à la case tarif et il faudra débourser 149,95€ pour se l’offrir dans un de ses 4 coloris et tu pourras le trouver chez Accessoires Running.

A propos de l'auteur :

Webmaster, testeur, youtubeur.... En gros il est souvent derrière le PC sauf quand il a l'arc à la main ou les baskets aux pieds. Le bestiau fait 1m82 pour 78kg et chausse du 48... oui oui ça fait grand.

On en cause ??