Select Page

Yéti Race Les Ménuires 2016

Yéti Race Les Ménuires 2016

Après La Plagne en Décembre dernier, c’est aux Ménuires que le Yéti nous a proposé une nouvelle balade enneigée de 20km le dimanche 13 Mars.

C’est donc avec la team de testeurs Epson que nous avons fait le voyage jusqu’à ces montagnes Savoyardes pour participer à cette nouvelle Yéti Race et clôturer le programme #100runnertesters.

Une équipe de choc… ou presque

Pour nous accompagner sur cette 1ère édition de la course aux Ménuires nous retrouvons une bonne partie des copains présents à La Plagne : Émir et Carole des Lapins Runners, Marilyn de 4 épingles pour 1 dossard et Merivan (le mec qui passe sa vie sur Twitter entre 2 sprints). À ces têtes connues s’ajoutent, Alexandre, Aude, Guillaume et Caroline et les p’tits gars de chez Epson.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

Bon jusque là tout va bien mais faut savoir qu’à la base j’avais la cheville droite en vrac, Yves une grosse douleur au pied, Marilyn un tendon un peu raide, Émir aussi la cheville qui fait des siennes, que nous n’avons quasi pas dormi du week end et que notre régime à base de fondue, raclette, pizzas et boissons plus ou moins locales pesait sur les estomacs et encore je ne parle pas des petits déjeuners.

Bref vous l’aurez compris, on trouvait qu’il n’y avait pas assez de challenge alors on a décidé de se rajouter quelques difficultés.

De bonne heure, de bonne humeur

Départ prévu dans la vague de 8h10, c’était donc pas le jour pour faire la grasse mat, réveil à 5h15 pour ma part, tout ça pour une histoire de photo à la con et de réception de croissants.

On arrive sur le village de la course une bonne demie heure avant et on a donc largement le temps de se rendre compte qu’il fait vraiment pas chaud. Pour rejoindre le sas de départ il nous faut grimper un petit peu.

Là haut l’ambiance est assurée par le speaker et le Yéti mais c’est moins spectaculaire qu’à la Plagne, pas de musique, pas de spectateurs et pas de marmottes qui dansent sur le côté.

Vient notre tour, le compte à rebours arrive à 0, c’est parti pour faire fondre la neige sous nos semelles. Au passage j’ai tenté d’embarquer le Yéti avec nous mais ce fût un échec… peut être pas si sportive la bestiole.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

Sur la piste

D’après les infos que nous avions eu lors du briefing la veille, la course débute par 10km de descente et en effet pour le moment on perd tranquillement de l’altitude en évoluant sur une belle piste damée.

Rapidement nous rencontrons une première épreuve, Le Trappeur, 3 belles buttes de neige à escalader, ça passe plutôt bien surtout que les participants déjà passés par là ont formé des escaliers avec leurs chaussures.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

Nous trouvons ensuite une rivière que nous suivrons un bout de temps. Là nous sommes partagés pour ce qui est du parcours. Perso j’aime moins que celui de La Plagne, le gris de la ville encore visible en fond ne donne pas l’impression d’être en pleine nature et le soleil caché par les nuages fait que le paysage est assez plat (bon ça personne ne peut rien y faire). Yves lui aime bien cette partie, trouvant que la large piste sur la quelle nous évoluons est moins dangereuse que certains passages empruntés en Décembre. C’est donc très roulant et on avait l’impression de faire un footing entre potes.

S’enchaînent ensuite plusieurs épreuves, Le chasseur alpin qui est du tir à la carabine façon biathlon, Le porteur où nous avons eu un peu d’attente avant de pouvoir traverser son filet et déplacer sa kettlebell le long d’une corde à travers les arbres puis Le fermier où il fallait balancer des bottes de paille par dessus une clôture de 3 mètres de haut sous peine de prendre des tours de pénalité.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

Arrivés au 10ème kilomètre nous avons le droit au ravitaillement avant d’embarquer en télécabine pour une remontée de 2km. Au passage il fallait prendre un questionnaire pour s’occuper durant les 8 minutes d’ascension. Différents thèmes au choix et nous optons pour Loisirs.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

40 questions plus tard nous quittons l’engin nous retrouvons face à aux débuts des emmerdes. On nous avais prévenu, 400m de D+ sur 300m. Commence alors une bonne partie de grimpette et là on commence enfin à transpirer un peu. Plus haut on à le droit à un magnifique panorama de montagnes enneigées sur fond de ciel bleu.

Comme dit un peu plus tôt, j’étais un peu déçu par le décor du début de parcours mais là ce n’est que du bonheur et c’est cette vue qui nous accompagnera jusqu’à l’arrivée.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

Enfin bon, on a pas fini d’en chier et ça continue de grimper mais c’est tellement beau qu’on s’en cogne complètement et au cours de notre progression nous avons le droit à quelques autres épreuves.

Tout d’abord Le bûcheron qui consiste à scier un morceau de tronc (notons que couper du bois donne à Yves envie de courir tout nu dans la neige) puis Le tandem, du ski en duo, pas évident du tout et barres de rire garanties et pour finir Le combattant qui imposait le franchissement de divers obstacles avant de repartir.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

Suite à cette ultime épreuve nous attaquons la redescente et avons le droit à un nouveau ravitaillement sur lequel le stock de chocolat est épuisé… imaginez ma déception… bref on apprend aussi qu’en fait les 2km de remontée mécanique ne sont pas compris dans la distance totale de la course, cool ça fait du rab (on pensait peut être pas tous pareil à ce moment là).

4h32 plus tard

Ligne d’arrivée en vue, on décide de lancer le sprint finale avec un autre binôme rencontré durant la course.

Là on nous passe autour du cou la belle médaille finisher, très semblable à celle de La Plagne mais avec un liseret orange plutôt que bleu.

yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb yeti race les menuires c'est bien d'être bien cbdb

Nous regagnons ensuite le village où nous attend un ravitaillement bien fourni (c’est là qu’étaient cachés les stocks de chocolat) et surtout une bonne assiette de croziflette.

On a vraiment passé un bon moment sur cette course avec, une fois arrivés à la moitié, un paysage à couper le souffle, des épreuves originales et une bonne humeur générale. Le parcours était beaucoup plus roulant qu’à La Plagne où l’enchaînement de montées/descentes était bien casse pattes, là on ne morfle qu’une fois.

Le seul petit point noir fut la demie heure d’attente pour l’épreuve du Porteur qui aurait peut être pu être réduite avec plus d’espacement entre les vagues.

Quoi qu’il en soit, cette première édition de la course aux Ménuires est une réussite, avis je pense partagé par les quelques 500 participants ayant relevé le défi du Yéti.

On vous fait revivre la course en vidéo

À propos de l'auteur

Julien

Webmaster, testeur, youtubeur.... En gros il est souvent derrière le PC sauf quand il a l'arc à la main ou les baskets aux pieds. Le bestiau fait 1m82 pour 78kg et chausse du 48... oui oui ça fait grand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dictum nunc Curabitur Donec adipiscing Phasellus sem,

Pin It on Pinterest

Partager

Partage cet article

Ce serait vilain de tout garder pour toi !