Sélectionner une page

Premier test du brassard cardio Coros HRM

Premier test du brassard cardio Coros HRM

Les capteurs optiques pour surveiller sa fréquence cardiaque durant un effort sportif n’ont rien de nouveau. On en trouve depuis plusieurs années intégrés à nos montres cardio-GPS et qui donnent des résultats souvent décevants.

Coros, marque bien connue pour ses montres à l’autonomie assez fantastique, a sorti un brassard avec capteur optique qui serait aussi efficace qu’une ceinture cardiofréquencemètre. Ce n’est pas la première marque à tenter le coup. Il y a au moins Polar qui commercialise un modèle.

Bref ! J’ai mis la main sur ce brassard Coros HRM et ai entamé quelques essais pour voir si on pouvait lui faire confiance pour monitorer nos petits cœurs.

Un problème de précision

Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire que la ceinture cardiofréquencemètre reste l’accessoire de référence quand on souhaite avoir sa fréquence cardiaque en direct sur l’écran de sa montre ou de son compteur-GPS au cours d’une sortie.

Avec ses électrodes c’est l’appareil qui offre les valeurs les plus précises et surtout qui les transmet avec le plus de réactivité.

Les capteurs optiques de nos montres, dans certains cas, donnent aussi de très bons résultats. La moyenne en fin d’exercice est souvent proche de celle enregistrée avec une ceinture. En direct par contre, l’écart est souvent un peu plus conséquent et on observe un décalage. Un capteur optique constatera moins rapidement une hausse ou baisse franche du rythme cardiaque.

Plusieurs facteurs influent sur la précision des capteurs optiques tels que :

  • La taille du poignet
  • La couleur de la peau
  • Le niveau de pilosité
  • La température

Ce dernier point est souvent oublié ou non connu mais est pourtant logique. Si on a les mains froides (comme c’est souvent le cas pour moi), c’est que moins de sang y circule. Du coup le résultat du capteur ne peut être que faussé. J’ai fait l’essai en mettant des gants et ça m’a permis de retrouver des valeurs cohérentes.

À noter aussi qu’un modèle de montre donnera des résultats plus ou moins bons sur telle ou telle personne. Dans mon cas, la Coros Pace 2 est à ce jour celle qui m’a donné les meilleurs résultats.

Pour faire simple, les capteurs optiques des montres sont biens pour qui souhaite enregistrer sa fréquence cardiaque lors de sorties quotidiennes sans forcement avoir une précision ultime ou en acceptant quelques loupés. La ceinture est tout indiquée pour les entraînements poussés et les adeptes de séances type fractionné par exemple. Là où réactivité et précision sont nécessaires.

Le brassard Coros HRM

Dans sa simple petite boîte, le brassard cardio optique de Coros est livré avec son câble de recharge et un peu de paperasse.

Le capteur est installé sur un petit bandeau élastique réglable. C’est un petit bloc, simple en apparence, sur lequel on trouve un voyant sur la tranche supérieure ainsi que le capteur optique et les pins de recharge au dos.

Aucun bouton ! Allumage et extinction sont automatiques. Le capteur détecte le contact avec la peau et c’est plutôt pratique.

Le câble dispose d’un connecteur propriétaire et magnétique. Simple à utiliser, très bien pour l’étanchéité, moins cool en cas de perte ou de casse.

Et voici les caractéristiques principales du Coros HRM :

  • Dimensions : 42.5 x 28.4 x 9.1mm 
  • Poids : capteur seul 9,7g / avec brassard : 19g
  • Bluetooth – Jusqu’à 3 appareils en simultané
  • Autonomie : 38h en fonctionnement / 80 jours en veille
  • Temps de charge : 2h
  • Étanchéité : 3 ATM (30m) (le Bluetooth ne passant pas dans l’eau, c’est surtout pour la résistance à pluie et à la transpiration)
  • Compatible tour de bras de 18 à 32cm

Le confort

Entrons dans le vif du sujet et parlons un peu plus de ce brassard Coros HRM que je vais comparer à une ceinture cardiofréquencemètre. Ici je vais utiliser le capteur Sigma R1.

Le gros point positif de ce brassard est, pour moi, son confort.

Le port d’une ceinture est parfois gênant. Ça peut bouger et c’est chiant à remettre en place sous les fringues. Ça peut causer quelques irritations… Bref, on s’y fait, globalement ça se passe bien mais il arrive qu’on ait juste envie de l’arracher.

Le brassard se place autour de la partie supérieure du biceps, sous le deltoïde. D’après la FAQ il faut le serrer au max sans ressentir d’inconfort. Si j’ai pu le sentir me serrer un peu au début (et peut-être l’ai-je gardé trop serré), rapidement il s’oublie.

Surtout on peut le mettre et l’enlever sans avoir à soulever son maillot. Très pratique à vélo notamment où on a parfois un sous-maillot rentré dans le cuissard dont les bretelles sont par dessus le dit sous-maillot.

La sortie test

J’ai effectué plusieurs sorties course à pied ou vélo avec le brassard connecté à ma montre ou à mon compteur. Durant celles-ci j’ai pu observer des valeurs de fréquence cardiaque cohérentes et c’est un bon point.

Maintenant il me fallait comparer les infos transmises par ce Coros HRM à celles d’une ceinture. Pour cela j’ai utilisé la configuration suivante :

Et me suis lancé sur une sortie d’un peu plus de 7km avec un peu de dénivelé et en effectuant un effort type fractionné sur la fin.

En cours de sortie j’ai pu apprécier des valeurs très proches affichées sur les 2 montres mais aussi une certaine latence sur les grosses variations d’intensité. Le brassard mettait plus de temps à interpréter la hausse ou la baisse de la fréquence cardiaque.

Côté moyenne, 1bpm d’écart en fin de sortie. On est pas mal !

À l’aide de l’outil en ligne MyGPSFiles j’ai ensuite pu superposer les courbes pour vérifier tout cela. Voici le résultat :

J’y retrouve mes observations sur le terrain :

  • Un démarrage plus lent du brassard : bloqué à 75bpm pendant quelques instants alors que la ceinture donnait déjà dans les 120.
  • Une valeur presque toujours inférieure de 1 ou 2pbm pour le brassard.
  • Un manque de réactivité du brassard sur les efforts type fractionné.

Mais globalement les 2 courbes se suivent bien et c’est assez positif. Je détaille un peu plus ces observations dans la vidéo en fin d’article.

D’autres tests à venir

Je ne peux me baser sur cet unique test pour conclure sur l’efficacité ou non du brassard Coros HRM. Il me faut faire d’autres tests dans différentes conditions, avec des appareils différents, au cours de différentes disciplines…

Je ne pense pas que cette technologie optique égale actuellement une bonne veille ceinture cardiofréquencemètre. N’empêche que c’est pas mal et que c’est exploitable, au moins sur des efforts d’endurance. Le confort est le gros point fort et, dans certains cas, ça primera peut-être sur la précision.

Prix et dispo

Ce brassard Coros HRM coûte tout de même 79€ soit 2 fois le prix de nombreuses ceintures cardiofréquencemètres dispos sur le marché. Il a ses avantages et ses inconvénients. Chacun devra juger de si il est pertinent pour son usage ou pas.

Perso je le trouve intéressant pour tout ce qui est long. Il manquera encore un peu d’autonomie quand-même pour du très long 😛

Vous pourrez le trouver sur :

Mon essai du Coros HRM en vidéo

À propos de l'auteur

Julien

Webmaster, testeur, youtubeur.... En gros il est souvent derrière le PC sauf quand il a l'arc à la main ou les baskets aux pieds. Le bestiau fait 1m82 pour 78kg et chausse du 48... oui oui ça fait grand.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

-15% sur les nouveauté : Code IRUN15







-10% sur les aventure : JR10

Pin It on Pinterest

Partager

Partagez cet article

Ce serait vilain de tout garder pour vous !